Hakkam en pilote automatique.

Après une sortie en petit concours, je reviens, honteuse de mes résultats. Surtout honteuse de mes sensations. Comme d’habitude, je raconte à Pascaline.

Ce dont j’ai le plus honte, ce sont les transitions descendantes, je tire…. Et comme dans ma reprise, il y a un changement de pied de ferme à ferme, bonjour les dégâts.

Dans les directions à suivre, il y a « changement de pied de ferme à ferme ou en l’air ». Et si on essayait les changements en l’air.

D’accord, mais Hakkam est tellement à l’aise qu’il n’a pas besoin de changer de pied, le changement de pied par déséquilibre est impossible. Le loulou fait, sans problème, une volte de 8 m au contre galop, en pli juste ou même en contre pli.

Solution de Pascaline : « Tu lui demandes à la voix ».

« Pardon ? Explique…. »

« Prend le galop, volte, longueur, demi-volte, ... changer, hop »

Et Hakkam change de pied, en l’air, à l’ordre de Pascaline. Grrrr, il m’énerve. A quoi je sers, moi, là au-dessus ?

Nous en avons fait deux ou trois, en pilote automatique. Je ne bouge pas, j’indique juste la direction et le zanimal et la scrogneugneu de prof jouent tous seuls.