Debout vers 7h30. Rapide coup d'œil vers le dodo des monstres, tout va bien. Daho fait la grasse matinée, Curtero est silencieux. Petit déjeuner des greluches. Repas des chevaux, ils ont passés une nuit sans problèmes. Et il fait soleil, pas très chaud, mais un temps splendide. Les copines sont attendues vers 9h. Nous profitons de ce temps libre pour déjà panser Curtero et Loudji.

Le cours de Sophie et son Bolero est prévu vers 9h30. Carine arrivera à temps pour une tasse de thé. Nos chevaux sont propres, nous assisterons à la leçon de Sophie, chouette, ça permet de se faire une idée de ce qui nous attend. Carine explique calmement, ses conseils appliqués donnent des résultats immédiats. « Croupe en dedans, regarde les fesses de ton cheval, si tu les vois, c’est qu’il n’y a pas assez de travail de hanches. Rien que de tourner ton buste, les fesses vont s’écarter. » Et ça marche. « Lève la main intérieure et le pli va venir » un peu plus difficile mais y’a des résultats. Ce seront les remarques communes « plus hauts les mains, sans tirer », « regarde les fesses, pas assez de hanches ». Le pauvre Boléro a des soucis de départ au galop. Il essaye tout son répertoire mais ne comprend pas trop ce que Sophie lui demande. Il nous sort de splendides « passages » Mais ce n’est pas ça qu’on te demande mon loulou ! Sophie a des soucis de position, une selle mixte, c’est pas une selle bonne pour tout, c’est une selle bonne à rien. Conclusion, il est préférable d’avoir une bonne selle de dressage, on peut faire du dressage, de la randonnée, et même sauter. La position sera correcte pour n’importe quel travail !

Maëlle est partie seller Loudji. Ils nous feront un travail dans le calme. On ne reconnait pas Loudji, il est sage, à l’écoute et CALME. Remarques générales : « lève un peu tes mains, le point le plus haut est le dessus de la têtière, relève-le ». Remarques communes à Carine et Fabrice, rien de neuf pour Maëlle mais il faut le faire…. Pascaline et Maëlle s’inquiétaient un peu de la petitesse de la piste pour le TGV Loudji. Pas de soucis, il en a fait des progrès ! Maëlle se pose des questions : on nous a toujours dit de regarder dans le sens du mouvement et Carine nous dit de regarder de l’autre côté. Elle semble avoir raison. Carine nous explique que c’est notre regard qui « pousse » les fesses du cheval, on tourne aussi notre buste et le popotin « chasse ».

Ce sera bientôt mon tour, vite, tresse, bandages, selle, bottines, mini-chaps. Mon amour de cheval s’est roulé dans le copeau, faut refaire un pansage vite fait, grr. Je n’aurai pas le temps de marcher un peu avant le travail. C’est ma faute, je devais me préparer plus tôt mais je voulais aussi voir le cours de Maëlle. Mauvais choix de ma part, ma leçon commencera avec un nain énervé, bagarreur, pas vraiment de bonne composition, pas vraiment prêt, pas détendu quoi. (Note à moi-même : pour une prochaine fois : s’y prendre à temps pour mettre toutes les chances de notre côté).

Pourtant je suis bien contente de notre « bagarre » mutuelle. Au pas et au trot cela donnera un travail de routine pas vraiment léger-léger mais presque correct. « Lève ta main intérieure » Pfff, à gauche j’ai l’impression de devoir tirer, à droite cela donne trop de pli. Où est le juste milieu ? Dur, dur ! Suis vraiment contente du travail « hanches dedans et tête au mur » Curtero répond bien aux jambes, parfois un peu trop, il court après sa tête. Carine me dit qu’il fuit ! Nous sommes bien d’accord, c’est le problème. Beaucoup d’améliorations dit Pascaline mais il y a encore bien du boulot.

Ca m’énerve ! Le dressage à cheval, c’est surtout une leçon de physique et de géométrie … Je dois absolument penser à un cercle sans coin, me fixer des points de tangentes et m’y tenir. Et ça marche…

Je suis extra, méga contente de nos galops. Si je pense bien à un cercle qui ressemble à un cercle, si je pense à lever et ouvrir ma main intérieure, Curtero ne se couche pas comme une moto. Et même pas peur… Du coup à droite, la dadame était moins concentrée et j’ai eu une moins bonne sensation. Plusieurs « départs », presque toujours dans l’ordre, j’aime…

Déjà fini ? Carine est vraiment géniale. Du « presque » bon travail de notre part, des idées à mettre en pratique. Et « hélas » pas d’incohérences avec nos autres profs. C’est pooos juste, ils sont tous d’accord sur nos défauts !

Après rangement des chevaux et du matériel, nous aurons encore l’occasion de voir un bout de la leçon de Manon avec Daho. Toute en douceur, tant Daho que Manon et Carine. Chouette.

Et on a mangé... de bonnes choses préparées par Pascaline entre deux leçons. 

Le voyage de retour se fera sans soucis. Je crois que maintenant, je connais bien mon chemin. Suffisamment pour le faire toute seule et ne devoir m’occuper que de la conduite du camion ? Je crois bien.