C'est l'expression de Kath pour dire que le dadou a cherché dans ses derniers retranchements pour satisfaire sa cavalière.

Aujourd'hui, Curtero a été jusqu'au bout de sa vie. En plus de devoir supporter la chaleur moite d'avant l'orage, l'étalon a très bien travaillé. Il a vraiment donné tout ce qu'il pouvait.

Travail d'incurvation au trot, ça, il suffit de demander dans les règles. Travail d'incurvation au galop, ça, c'est une autre affaire. Mais on y arrivera.

Les changements d'incurvations au trot deviennent de plus en plus précis. Le coeur d'artist-chaud aime ça, il se fait tout léger-léger, chouette.

Heeeuuu ! Pour une fois, le galop gauche était meilleur que le galop droit. C'est parce que..... Dimanche en balade j'ai voulu lui demander un galop à gauche. Le trot de "départ" étant déjà fort rapide, la demande n'a pas donné le résultat escompté dans l'instant "top". J'ai donc "insisté" avec les deux jambes et c'est le "droit" qui est passé ! C'est pour ça, si, je vous le jure, qu'aujourd'hui le galop droit était mieux que le gauche.

Nous avons fait 25000 départs, du pas, du trot, de l'arrêt, après un reculé, ...25000 j'vous dis.

Et donc, 25000 transitions descendantes. On va devenir des experts. L'étalon noir s'équilibre en deux foulées à condition que je ne lui tombe pas sur les épaules. Tout dépend de toi Moman....

Nous devons aussi travailler nos départs de reculé. Il faut que je réfléchisse à la technique parce que je ne suis pas au point.

Bonne leçon, enfin, je crois ! Kath ? T'en pense quoi ? Merci.

Il a fallu au moins cinq tours de piste pour que le nain noir reprenne son souffle.

J'essaye toujours de terminer pas de la balade en main. Je détache ou détends tout ce qui "serre", sangle, muserole, sous-gorge, ... bombe de la cavalière, gants, .... Difficile de désangler rapidement un cheval qui a du mal à reprendre une respiration normale. On avait chaud tous les deux.

Souvent, j'ai même envie de lui enlever son bridon. Oserais-je balader un étalon seulement tenu par les rênes autour de l'encolure ? Seule, je le ferais sans me poser des questions. Mais, nous sommes toujours à la merci d'une panique du nain occasionnée par une personne ou quelque chose de "dérangeant" dans l'écurie.

Une bonne douche a remis le cheval dans son état normal. Le fait d'avoir été "au bout de sa vie" ne l'a pas empêché de se mettre à hurler chaque fois que je disparaissais pour ranger le matériel. Limite plus bruyant que d'habitude et ça, c'est difficile !