Pascaline vient nous aider à travailler en amazone. Maëlle a aussi deux, trois trucs à voir avec elle. L'organisation doit être au top parce que la dame de Montigny continue son après-midi par un cours chez Virginie.

Maëlle et Loudji commence donc leur travail. Maëlle explique ses soucis. La chef et la fille se mettent d'accord pour situer les raisons, les solutions, les propositions, .... Ca travaille au top.

A mi-leçon, je retourne dans les écuries pour seller mon nain avec la Potrera. Et nous voilà partis pour un échauffement à la Curtero, calme, rênes longues, le nez au sol, les pensées du nain rien qu'à lui.

Plusieurs fois, Fabrice avait proposé que l'échauffement du nain continue par un peu de galop avant d'entamer le travail proprement dit. J'avais "tenté" l'affaire mais avec un résultat plus que mitigé. La conclusion était que je n'avais pas fait les choses dans les règles de l'art et donc qu'il était normal que l'étalon se batte, se crispe, gesticule, .... Aujourd'hui, profitant de la visite de Pascaline, on retente l'affaire..... Cette fois dans les règles....

Heeeu ! Ce n'est décidément pas un bon plan.... Pourtant, on y a cru un moment, ... juste un moment.... Après le galop, le nain semblait bien rond, sur la main, prêt au travail.... Que nenni, il nous l'a fait payer, au prix fort. Cela ne lui plaît pas, ne lui convient pas, il n'aime pas ça...

Pascaline a été obligée d'y mettre toute son énergie. Elle a mis la main à la pâte, elle a pris les rênes du dadou pendant 40 minutes avant que l'artist-chaud ne se décide à "céder". Sur son dos, je "donnais des jambes". Parce que tant qu'à être braqué sur la main et peser cinq tonnes, autant ne pas avancer non plus. Un cheval raide, le dos creux, le pif en l'air, la nuque coincée et le mors "accroché" en bouche..... Aucune possibilité de travail. Le nain était fâché, il ne voulait rien entendre....

Nous avons pourtant eu le dernier mot. Si, si, après 40 minutes.... Nous étions cassés, tous, Pascaline, Curtero, moi,... à ramasser à la petite cuillère. L'amazone ? On a oublié pour cette fois.

Et si je vous dis, que la leçon de Virginie fut au top ? Virginie a dit : « Un jour qqn m'a dit: ne mets pas un simple filet à Idol; il embarque,...
Après quatre mois et demi de patiente et de complicité naissante, on mélange le tout et on obtient un cheval léger et rond sur un simple filet. Il y a encore beaucoup de boulot, mais quel plaisir ce cours. Merci Pascaline Martin »

Un Idol de rêve, une leçon géniale, une complicité formidable, … Heureusement pour Pascaline parce qu’une seconde séance comme avec Curtero, la dame de Montigny, elle aurait été incapable de reprendre le volant jusque chez elle.

Moi, zaussssssi, je dis "Merci Pascaline".