Qui est ce "IL" ? Ben, Fabrice bien sûr.

Suis malaaade, j'ai une angine mais Fabrice vient ! Alors, un gros zeffort ! J'ai trop envie d'une leçon.

Balade détente autour des prairies, deux, trois fois le tour..... Puis il fait trop noir, on doit rentrer.

Fabrice arrive et au boulot. Sur le cercle, au pas, incurvation et contre-incurvation. Je trouve que le nain se comporte bien. Il est rond, sur la main, en place et ... il ne court pas. Contre-incurvation et demi-tour sur les hanches, génial, l'artist-chaud monte bien ses épaules.

Même chose au trot. On est toujours dans le bon. Pfff! V'là t'y pas que Fabrice m'attaque: « Ne le laisse pas courir ! » Heeeu ! Mais je n'ai pas l'impression qu'il court là??? Bon ! Soyons honnête, je comprends ce que Fabrice veut dire. Il préfèrerait que l'énergie que l'étalon met à aller vers l'avant serve plutôt à le propulser vers le haut. Mais je n'ai pas assez de jambes pour ralentir la vitesse et garder l'impulsion pour mettre de la "musique".

Arrivent les demi-voltes et retours jambe isolée. Les premières sont au pas. Pas trop de commentaires du Big Boss, on va dire qu'il est satisfait. Les mêmes au trot. Jamais content ! Moi, je trouvais qu'il était bien mon artiste. Pas trop chaud mais en avant, bien parallèle à la piste. J'ai l'impression qu'il passe bien la hanche en-dessous, que le croisement est bon. Et Fabrice de rouspéter : "Pas assez d'épaule !". Pour le coup, je ne vois pas comment faire. Je dois "garder" l'épaule pour éviter la fuite en avant, mais je dois lui demander d'ouvrir l'épaule pour avoir un bon croisement... Pas simple cette affaire... Plus de "latéral" ! Je veux bien, mais je fais comment ?

Galop maintenant. Et on commence par la droite, normalement le "bon côté" de l'étalon. J'ai la très mauvaise habitude d'exécuter immédiatement ce que le chef demande même si je nous sais « pas tout à fait prêts ». Départ en vrac, un Curtero ouvert, gesticulant, loin des standards du travail au galop. "Repasse au trot, redemande ça correctement." Demande ok, galop ok ! Ben, mouaiis ! Quelques cercles, pas moyen de faire une longueur de manège, les cavaliers de la leçon collective ont commencés à chauffer les chevaux. Ils sont bien gentils, ils sont restés dans leur « moitié de piste ». Mais, je n’oserais pas tenter une longueur « dans le tas ».Pooos grave, ce sera pour une autre fois. Et… j’oserais avouer que Fabrice semblait plus content du galop à gauche. Il faut dire que l’étalon progresse de ce côté-là. Nos galops en « fais comme tu veux » dans l’entre-parcelles ont permis au nain de trouver un certain équilibre.

J'étais malade, mais je trouve que nous avons fait une "bonne leçon". Sarah a pris des photos, j'espère quelle pensera à nous les donner.

Merci Fabrice, merci Curtero !