Loudji et Raku, c'est "je t'aime, moi non plus". Ils sont les meilleurs copains du monde dans les écuries et se disputent sans arrêt en dehors.

Dans le couloir, c'est gratte-gratte crinière, bisous, et autres gentillesses. Dans la piste, ils veulent être côte à côte, ils s'aiment.

Dès la porte passée, c'est oreilles en arrière, dents en avant. Ils jouent les canibales, ils se menacent sans arrêt. Ils ne voient plus rien d'autres que les occasions de disputes.

Et leurs cavaliers ont le culot de dire que c'est à cause de Curtero. Qu'ils se jalousent à cause de leur camaraderie avec l'étalon noir. Curtero, lui, il aime tout le monde. Mais il refuse catégoriquement de se mettre en sandwich entre les deux belligérants. Alors, il est soit en avant, soit en arrière. Il n'ose même plus faire copain avec l'un ou avec l'autre. Il préfère encore faire la balade tout seul.

Nous sommes rentrées de balade complètement glacées, toutes les trois.... Le soleil n'arrivait pas à percer le brouillard. Il est temps de resortir les gants chauds, les sous-vêtements seconde peau, les grosses chaussettes, le bonnet et autres fantaisies hivernales. Nous n'avons pas à nous plaindre, encore plein beau temps à cette date de l'année, c'est exceptionnel.