Les chevaux sont trempés. Il drache, ça coule de partout. Mais heureusement, pour une fois, ils ne sont pas trop crado. Nous ferons donc séance en piste.

2012-07-08 09Maëlle longera Loudji et j'en profiterai pour essayer vraiment la selle d'amazone. Même si j'ai oublié l'appareil photo, le GSM fera l'affaire.

Cela me donnera aussi l'occasion d'essayer de me refaire les muscles adéquats pour la monte dans les fourches.

Le pansage est assez rapide, les chevaux sont rincés. Pas de bandages sur des jambes fort mouillées, juste les guêtres. Je ne sais d’ailleurs pas pourquoi on les mets, par habitude je pense. Je ne compte faire que du pas, le dadou ne risque pas de se faire mal aux jambes. Enfin, je ne vais pas les enlever maintenant….

Le tapis jaune est un peu court mais pour aujourd’hui, il fera l’affaire. Selle en place, enfin j’y crois. Il faut que je raccourcisse encore la rallonge de sangle. Il ne manque vraiment pas grand-chose mais c’est plus facile d’entamer le sanglage avec une rallonge, cela évite de faire bouger la selle.

2012-07-08 09Bilan: la selle semble bien horizontale, la colonne est bien dégagée. La précieuse ne semble pas coincer aux épaules, elle se place dans le creux derrière les bourrelets du déménageur. A cheval maintenant, l’immobilité au montoir est acquise, c’est bien parce que l’étrier est haut…. Et la cavalière manque de souplesse.

La piste est encore trempée de l’inondation de jeudi, Curtero souffle. Il y a plein de lignes.... Curtero confirme: son humain doit assumer, il refuse de prendre en charge. C'est tout juste s'il veut bien avancer, il me sent "pas vaiment à l'aise". Il regarde Maëlle. "Dis ? Tu veux bien m'accompagner parce que ma dadame, elle est pas vraiment au top." Il suit Maëlle comme son ombre, cela me permet d'essayer de trouver ma place. J'ai vraiment l'impression que la selle penche, Maëlle pense que c'est surtout Curtero qui se tortille. Elle propose d'essayer.

2012-07-08 10

Je descends, on redresse un peu la selle. Et zou, Maëlle en place. Tiens… Curtero avance, il ne se tortille plus. Il confirme, il ne prend pas en charge, il faut que son humain soit présent, de corps et surtout d’esprit.

« Raisonne-toi Dadame, faut que t’assumes. » Je me remets en selle, cela semble un peu mieux. Nous chipoterons une petite vingtaine de minutes, je retrouve quelques sensations. « Recule ton épaule droite, avance ta fesse gauche, tiens-toi droite ».

Conclusion, je dois travailler, monter plus souvent en amazone.

Le dos de Curtero semble prêt à assumer. La tête du petit étalon accepte la lubie de sa cavalière, mais il préfèrerait que ce soit la mienne de tête qui dirige l’affaire.

Cependant, je crois que je devrais reculer un peu la selle. Ne sera-t-elle pas trop sur le rein ? J’ai bien l’intention de prendre la précieuse pour voir avec Pascaline à la fin du mois. Je suis si heureuse d’avoir repris le chemin des fourches.

Album complet : Y69/ Dans les fourches...