Pendant 15 minutes, j'ai monté un Curtero en mode étalon cocotte-minute!

Non, ce n'est pas son genre. Normalement, il ne sait pas trop qu'il est encore entier. Ses roupinettes ne le travaillent pas vraiment. Et quand par un hasard hasardeux, il chauffe un peu, la pression retombe rapidement avec un "ça suffit" énergique de Moman. Ce ne fut pas le cas aujourd'hui !

C'est la faute à Sari.

Lise avait un peu de temps avant sa leçon avec Raku. Elle a rentré Sari pour travailler un peu la demoiselle. Curtero est monté en pression dès que la choupinette l'a croisé dans le couloir. Il ne voulait pas bouger ses "fesses", il s'est mis à ronfler, la cinquième jambe est sortie.

Nous étions presque prêts pour la leçon avec Pascaline. Les bandages étaient posés, la crinière nattée, le cheval sellé. Une "engueulade" pour arriver à mettre le bridon, pas dans la calme, là! Un montoir parfait cependant.

En piste, rien que lui et moi mais en mode hurleur, dansant, crispé, ...

Alexia est venue faire un tour avec nous. Le nain n'a même pas regardé sa jument, Edwina. Ce qui intéresse Curtero, ce sont les juments dont je m'occupe, Ranza, en son temps, maintenant, Sari et parfois en passant devant le box d'Ourasis. 

Pas de possibilité de faire notre détente détendue ordinaire, l'étalon reste sous pression. Heureusement Pascaline est arrivée. J'essayais d'occuper le nain sur un huit de chiffre très serré. Pascaline m'a regardé faire 30 secondes puis elle a décidé que ce n'était pas assez sportif pour récupérer l'animal. Il ne faisait pas 3 pas sans hurler, sans danser. Donc détente au trot énergique sur des serpentines serrées avec une volte à chaque boucle. Puis sur la longueur, volte, volte, volte, des grandes, des petites, variations des demandes, pour occuper l'excité.

 Il a fini par se calmer et la leçon s'est continuée avec un nain bien en avant et aux ordres. Ouf !

En sortant du petit côté, jambe isolée au pas, un peu avant B au trot, repasser au pas avant le coin... en restant en jambe isolée, dur, dur mais faisable. Puis épaule en dedans jusqu'au milieu du grand côté, changement d'incurvation, finir la longueur en jambe isolée. Là, l'aide vocale est géniale.

Travail au galop, cercle en gardant la cadence, marcher large, cercle à l'autre bout. Le départ au galop est nickel, de chaque côté, à la demande et sans "course après sa tête". Ensuite, il faut maintenir la cadence sans accélération. L'équilibre vertical est parfois un peu compromis, je suis sur une moto. Cependant y'a une nette amélioration dit la dame de Montigny. L'amener dans les coins comme c'est prévu est souvent difficile, on va pourtant y arriver. Comme j'aime la Potrera, elle me permet de garder mon équilibre sans devoir chercher continuellement une ligne verticale visuelle.