Le mardi, comme d'hab', je suis groom pour les deux chevaux. Retour de l'école, vite, vite, je me change. Roooh! Pas trop envie de monter, donc, Curtero sera longé.

Arrivée à l'écurie, un petit coucou aux "vieux", il fait toujours bien froid, je leur laisse leur couverture. Il faut même casser la glace dans la tonne d'abreuvement. Grains, carottes, foin, les voilà parés jusque demain. Pff, j’ai cassé un de nos « bon seau » par fainéantise d’aller chercher un matériel plus réglementaire pour casser la glace.

Licols, sacs de pansages, matériel divers... J'installe les deux artistes à la douche. Et je frotte, je brosse, j'essaye de faire partir la "poussière de poussier" avec lequel ils se sont camouflés. Cela se voit moins que la boue mais quand il n'y en a plus, il y en a encore.....

J'ai pris mon temps, la semaine prochaine je vais essayer d'aller plus vite parce que les chevaux ne sont pas prêts lorsque Maëlle arrive. Elle se change et m'annonce qu'elle a décidé de longer Loudji. Hééé, moi zaussi, heeeu, on l'a rangé où ce matériel ? Déménager, ça aide à faire un tri dans les affaires mais aussi, on ne retrouve plus les choses qu'on a trop bien rangées.

Caveçon, c'est pour Curtero, Loudji sera longé avec le bridon et le mors à aiguilles. Surfait noir pour le nain, avec le Pessoa. Loudji aura droit aux "antennes" avec le surfait de cuir.

Mais où est la sangle de surfait pour Curtero ? La sangle de la Potrera est bien trop petite, celle de l'amazone trop grande. Pas de panique, la sangle de Loudji devra faire l'affaire. Le lendemain, j'ai fouillé, la sellerie de la maison, le camion, l'armoire du garage, la véranda, pas de sangle. J'ai fini par la retrouver, rangée à sa place logique dans l'armoire de "longe" à l'écurie.

Bon, le second surfait ? Pas moyen de mettre la main dessus. Là aussi, j'ai tout fouillé, ce fut nettement plus difficile de le retrouver. Maëlle a longé avec une « ceinture » de couverture. Système D, McGyver power….

Ils ont bien travaillé, Loudji dans le fond et Curtero dans le coin de l'entrée-porte bleue-matériel d'obstacle. Elle est vraiment pas sympa la Moman du nain. Je dois avouer qu'on n'a travaillé que ça, le passage calme et en ordre du coin à crocodiles. Aux trois allures, j’ai même tenté des variations au trot.

En sortant de piste, il faut « faire les pieds ». Curtero trouve très dôle de reculer dans la piste dès que les 4 pieds sont curés. « Noaaaon, avance, reste là, on recommence, … » Ne pourrait-il avoir la bonne idée d’avancer un peu ? Je ne vais rien dire…. Je ne le « pose » pas trop en avant, je n’ai pas envie de balayer la moitié du couloir mais je crois qu’il serait plus « efficace » qu’on avance d’un petit mètre.

Avec Loudji, il ne faut même plus enlever le sable de ses pieds, il gesticule tellement que tout est parti rien qu’en lui demandant de « rester là », il tournicote, tape du pied, gratte, ….